Alors que de nombreuses courses et équipes de cyclisme sur route disparaissent faute de sponsors et de partenaire, que dire de la piste ? En plus de leur entraînement, les coureurs doivent gérer leur propre structure en cherchant partenaires et sponsors. Malgré cela, la piste française ne démérite pas et veut effacer l’échec des jeux de Londres en 2012 en travaillant dans le nouveau Vélodrome de la FFC. Virginie Cueff fait partie de ces pistards qui se préparent pour Rio.  Entretien avec la championne de France de vitesse.

 

Virginie Cueff de l'équipe de france sur piste

Virginie Cueff, lors des championnats d’Europe sur piste

 Cyclismehebdo :Alors que le cyclisme sur route reprend actuellement, la saison de cyclisme sur piste va bientôt se terminer. Comment vous sentez vous à un mois des Championnats du monde de Cali ?

Virginie Cueff : Je suis actuellement dans une période de force en musculation. Je ne suis donc pas dans une très grande forme mais malgré cela, je me sens bien. Je vais bientôt arrêter la musculation et cela va me permettre d’avoir la fraîcheur et l’explosivité  requise pour les départs arrêtés et les sprints lancés.

Quels sont vos objectifs sur cette course ?

Je ne sais pas encore sur quelles épreuves je vais participer. Je dois réaliser un test le 6 février avec mon entraîneur. Selon ma forme, nous déterminerons les épreuves sur lesquelles je vais m’engager.

Quel bilan provisoire tirez-vous de votre saison 2013-2014 ?

Mon bilan global est positif notamment en vitesse individuelle.  j’ai décroché le titre de Championne de France (de vitesse, l’épreuve phare de la piste NDRL)  établit un record de France (10’’744 en 200m lancés lors de la manche de Coupe du monde d’Aguascalientes au Mexique), tout en restant régulière en coupe du monde et en remportant des grands prix. Pour le moment, mes objectifs sont atteints il me reste plus qu’à finir la saison en beauté !

La piste française a désormais un nouveau vélodrome très moderne à St Quentin-en-Yvelines. Cet outil va-t-il permettre à la France de remonter au niveau mondial ?

Cet outil va nous permettre de revenir dans la course. Nous bénéficions également d’un nouveau staff agrandit au sein de l’équipe de France Piste (sprint et fond). Ces deux éléments vont nous permettre d’être plus performants.

Est pour vous l’occasion d’augmenter la popularité du cyclisme sur piste en y organisant de grandes courses ?

La fédération va y organiser des compétitions à tous les niveaux dans les années à venir : Régional, National et, bien sûr International. Tout cela va se faire progressivement et cela va permettre aux connaisseurs comme aux néophytes de venir voire les compétitions. Cela va permettre d’augmenter la popularité du cyclisme sur piste en France.

Virginie Cueff piste

Comment se porte le cyclisme sur piste féminin en ce moment selon vous ?

Nous connaissons actuellement les mêmes difficultés que le cyclisme sur piste masculin. Nous avons tous deux des difficultés pour trouver des partenaires, des contrats aménagés. Dans notre sport, il est difficile d’être en sécurité et épanoui, de pouvoir simplement se focaliser sur l’entraînement et les compétitions.

Pensez-vous qu’il est possible de le développer plus ? Comment ?

Oui, bien sûr, il faut mettre en avant nos atouts par la communication, l’événementiel. Il faut communiquer plus sur les futurs compétitions, faire d’avantages de reportages sur les athlètes. Tout cela va permettre au public français de s’intéresser à notre sport et à en parler autour d’eux. Cela peut permettre d’attirer un plus large public et donc les médias et les partenaires.

Les JO de Rio en 2016 sont-ils un objectif pour vous ? Comptez-vous vous y préparer spécifiquement, avec le nouveau vélodrome notamment ?

C’est en effet mon objectif final. Nous avons établi, avec mon entraîneur, des objectifs précis pour chaque année pour pouvoir être en mesure de décrocher une médaille lors jeux.  Avec le nouveau vélodrome de Saint Quentin, je vais pouvoir travailler avec mes braquets de course ce que je ne peux pas faire faire à l’INSEP à cause de la taille de la piste (166,66m). Cela va me permettre de m’améliorer et d’être parmi les meilleur sprinteuses en 2016.

 

 

Comments are closed.