En raison des menaces d’inondations du fleuve Ohio, ce dimanche, qui borde le circuit des championnats du monde de cyclo-cross à Louisville, Kentucky (Etats-Unis), l’UCI après accord des organisateurs a décidé de modifier le programme des courses et a par conséquent concentré les quatre épreuves ce samedi 2 février. Ainsi, les Juniors partaient à 9h45 (15h45 Heure française), les Dames à 11h (17h), les Espoirs à 12h30 (18h30) et les Elites Hommes clôturaient les mondiaux avec un départ donné à 14h30 (20h30). Chez les Juniors, sans surprise, le Néerlandais Mathieu van der Poel a conservé son titre sur un circuit enneigé, dominateur de toute la saison. Il a par exemple remporté toutes les manches de la Coupe du monde UCI. Son compatriote Martijn Budding prend la deuxième place. La troisième marche du podium est occupée par le Tchèque Adam Toupalik. Du côté français, Léo Vincent, Clément Russo et Elie Gesbert prennent respectivement les dixième, quatorzième et vingt-neuvième places. Chez les Dames, sans surprise également, la course a été largement dominée par la tenante du titre, la Néerlandaise Marianne Vos, dominatrice de la deuxième partie de la saison de cyclo-cross. La récente vainqueur de la Coupe du monde UCI, Katherine Compton termine deuxième avec une minute et trente-quatre secondes de la désormais sextuple championne du monde de cyclo-cross. La troisième place revient à la championne de France, Lucie Chainel-Lefèvre, pointant à deux minutes et dix secondes. L’autre concurrente française, Christel Ferrier-Bruneau prend la vingt-et-unième place de l’épreuve.

Mike Teunissen poursuit la « razzia » néerlandaise

     Chez les Espoirs, le Belge Wietse Bosmans, vainqueur de la Coupe du monde (Espoirs) et impressionnant cette saison à l’occasion de quelques excursions chez les Elites était le grand favori d’une épreuve durant traditionnellement cinquante minutes environ. Battu l’an dernier au sprint par Lars van der Haar, à Coxyde, au terme d’un dernier tour palpitant, il devra tout de même compter sur les Néerlandais Mike Teunissen, Corné Van Kessel ou David Van der Poel mais aussi sur ses compatriotes à l’image de Wout Van Aert par exemple. Côté français, le double champion national, Julian Alaphilippe occupait une belle position de favori, vainqueur à Rome de l’avant dernière manche de la Coupe du monde Espoirs.

    A la fin du premier tour, une hiérarchie se dessine déjà puisque Bosmans et Teunissen sont en tête. Cependant, ce dernier est victime d’une chute à la fin du deuxième tour et rétrograde par conséquent. Au deuxième passage sur la ligne, Teunissen, Van Aert et Eising pointent avec sept secondes de retard. Wietse Bosmans montre de très belles choses à l’occasion du troisième tour et passe même les planches en restant sur son vélo, action réalisée d’ailleurs par très peu de professionnels sur ce même parcours. Il reste quatre tours quand les poursuivants directs passent : Wout Van Aert est relégué à onze secondes. Eising et Vanthourenhout sont à seize secondes, Teunissen à dix-neuf. Corné Van Kessel, malchanceux, tombe à l’approche du dernier escalier du circuit. A trois tours du but, Teunissen revient à six secondes profitant d’une nouvelle chute, celle du leader Bosmans qui avait créé de magnifiques écarts pourtant. Le Néerlandais quant à lui s’est bien remis de sa précédente chute. Wout Van Aert occupe la troisième position et possède une marge sur ses poursuivants directs. La jonction entre les deux premiers s’opère rapidement dans le cinquième tour. Derrière, le top dix est véritablement dominé par les Belges et les Néerlandais. A deux tours de l’arrivée, le duo de tête ne compte plus que quatre secondes sur Van Aert qui revient. Mike Teunissen s’empare alors immédiatement de la tête de la course pour éviter de se retrouver avec deux Belges. Bosmans le relaye finalement essayant de le distancer rapidement, ne souhaitant pas attendre le final pour attaquer puisqu’il avait perdu au sprint l’an dernier. Les chances pour son compatriote Wout Van Aert s’amenuisent donc. Sur la ligne, alors que la cloche retentit, le Néerlandais surprend le Belge en l’attaquant de derrière. Au début du septième et dernier tour, un petit écart de deux ou trois secondes seulement peut être mesuré. Au premier escalier, Bosmans pointe déjà à sept secondes. Il ne semble plus en mesure de remporter les mondiaux de cyclo-cross Espoirs qu’ils disputent pour la dernière fois, passant professionnel l’an prochain. L’écart augmente et Teunissen s’envole donc vers son premier titre mondial alors qu’il n’était déjà pas passé loin en 2011, à St-Wendel en Allemagne, rattrapé par son compatriote et coéquipier Lars van der Haar dans les derniers mètres de l’épreuve où il avait pris la deuxième place. Bosmans prend donc la deuxième place devant Wout Van Aert troisième. Les Néerlandais remportent donc ce championnat pour la troisième année consécutive et ont remporté les trois premières épreuves de la journée !

Classement des championnats du monde Espoirs

1. TEUNISSEN Mike (NED)

2. BOSMANS Wietse (BEL)

3. VAN AERT Wout (BEL)

4. EISING Tijmen (NED)

5. ADAMS Jens (BEL)

6. SWEECK Laurens (BEL)

7. VAN DER HEIJDEN Michiel (NED)

8. VANTHOURENHOUT Michael (BEL)

9. VAN KESSEL Corné (NED)

10. VERMEERSCH Gianni (BEL)

14. MENUT David (FRA)

21. VENTURINI Clément (FRA)

22. ALAPHILIPPE Julian (FRA)

Course Elite Hommes

     Les Belges s’affichent très rapidement dans ce mondial, tous auteurs d’un très bon départ. Klaas Vantornout prend alors la tête de la course devant le très bon Martin Bina, vainqueur de la dernière manche de la Coupe du monde à Hoogerheide. Francis Mourey, bien placé, pourrait tirer son épingle du jeu sur un tel circuit. Devant, Nys, Albert, Pauwels, Fontana puis van der Haar occupent les premières positions derrière Vantornout, Bina et le champion de France. Ce trio se dégage au passage devant le deuxième poste de dépannage. Kevin Pauwels, auteur d’une erreur dans un virage, freine le reste des concurrents permettant alors à Mourey et à Bina de s’isoler. Cependant, au passage sur la ligne, un regroupement plus ou moins général s’opère. Au début du deuxième tour, Francis Mourey se retrouve seul en tête, se débarrassant de Martin Bina rattrapé par Kevin Pauwels à son aise sur ce parcours, vainqueur à Tabor et à Rome sur la Coupe du monde, les deux circuits de cyclo-cross les plus rapides de la saison avec peut-être celui de Hamme-Zogge sur le Superprestige. Mourey creuse l’écart à la fin du tour sur un groupe comprenant Pauwels, Bina, Nys et Vantornout. A sept tours de l’arrivée, Mourey possède une avance confortable de quatorze secondes sur Pauwels (légèrement détaché), Vantornout, Bina et Nys. Viennent ensuite à vingt-cinq secondes : Rob Peeters, Niels Albert, van der Haar, Walsleben suivis de près par van Amerongen, Simunek, Taramarcaz, Aernouts ou encore Page.

     Kevin Pauwels prend en charge la poursuite dès les premiers mètres du troisième tour tandis que Francis Mourey est victime d’une glissade dans un virage ! Cette chute sans gravité réduit son avance toutefois, bien évidemment. Niels Albert, champion du monde sortant, est en passe de revenir sur le quatuor des poursuivants à la moitié du tour environ au prix d’un violent effort, sur une boucle comptant trois escaliers en plus du passage des planches. Malgré sa chute, Francis Mourey, visiblement dans un grand jour, étend son avance portée à treize secondes sur la ligne, sur Pauwels, Vantornout et Nys. Niels Albert est à vingt secondes en compagnie de Lars van der Haar auteur d’une belle remontée après un mauvais départ qui n’est pas à son habitude. Ils sont accompagnés de Martin Bina qui commence à payer les efforts subis durant les premiers tours. Walsleben et Taramarcaz sont à vingt-quatre secondes de la tête de la course.

     Kevin Pauwels, à l’aise sur ce circuit rapide, distance dès les premiers mètres du quatrième tour ses compatriotes Vantornout et Nys. Au troisième escalier, Niels Albert est sur le point d’opérer la jonction sur ces deux derniers coureurs, ayant distancé van der Haar et Bina plus tôt dans le tour. Francis Mourey est habituellement désavantagé sur certaines manches en Coupe du monde en ne passant pas les planches en restant sur son vélo. Or, seul Sven Nys parvient à sauter les deux planches à chaque tour sur ce circuit exigeant. En fin de tour, Kevin Pauwels réduit très rapidement l’écart et semble en mesure de rattraper le Français avant le passage sur la ligne. A cinq tours de l’arrivée, Pauwels et Mourey, ensemble, passent devant le podium avec cinq petites secondes d’avance sur Vantornout et Nys, onze sur Albert et dix-huit sur van der Haar, alors que la mi-course approche.

     Il est alors fort probable de retrouver rapidement un quatuor en tête avec trois Belges, chose faite au sommet du premier escalier. Francis Mourey possède toujours la première place du groupe devant le poste de dépannage. Le Français imprime un rythme assez élevé à la moitié du cinquième tour pour distancer les Belges. Niels Albert éprouve quelques difficultés et ne semble pas en mesure d’opérer la jonction. Il pourrait même être rattrapé par le double champion du monde Espoirs (2011 et 2012), Lars van der Haar, l’écart entre les deux hommes étant faible au passage des planches. Les chances pour Niels Albert de conserver son titre s’amenuisent alors. A quatre tours de l’arrivée, une petite cassure est à noter puisque Vantornout et Mourey comptent deux secondes d’avance sur Nys et Pauwels. Albert s’accroche à onze secondes toujours, terminant bien le tour. Van der Haar est à quinze secondes.

     A l’occasion du premier escalier, le quatuor se reforme. Albert, s’offrant une véritable deuxième santé, peut espérer rentrer sur le groupe de tête. Après le passage des planches, Klaas Vantornout accélère et se retrouve une nouvelle fois avec Francis Mourey qui a évité la cassure. Le groupe est reformé au pied du dernier escalier où le moment le plus tragique des mondiaux se produit. Dans un premier temps, Francis Mourey, victime d’une crevaison, ne peut suivre l’allure imposée devant. Ensuite, Kevin Pauwels a un énorme ennui mécanique bloquant sa machine, probablement un saut de chaine. Impuissant, il voit le titre s’envoler, perdant toutes ses chances de devenir champion du monde. En effet, Mourey et Pauwels sont très loin du poste de dépannage quand les ennuis surviennent. A trois tours de l’arrivée, Vantornout est en tête avec une seule seconde d’avance sur Nys. Albert désormais troisième pointe toujours à onze secondes de même que van der Haar à quinze secondes. Francis Mourey est cinquième à vingt secondes mais n’a toujours pas changé de machine et va donc rétrograder davantage, victime de sa crevaison. Il est alors sous la menace de Wellens, Taramarcaz, Walsleben et Simunek qui pointent une dizaine de secondes derrière lui. Le sixième tour de course a complètement renversé les perspectives de course condamnant deux des favoris, Kevin Pauwels pointant par ailleurs à quarante-trois secondes.

     Ce sont donc les deux premiers du dernier championnat de Belgique qui se retrouvent en tête de la course, Klaas Vantornout et Sven Nys. Ce dernier, malchanceux au mois de janvier avait fait en début de saison de ce mondial sont objectif numéro un, déjà vainqueur en 2005 à St Wendel, mais « seulement » une fois champion du monde alors qu’il dispose d’un palmarès impressionnant. Les deux hommes creusent l’écart sur Niels Albert qui semble éprouver de grandes difficultés en cette fin de course. Au terme de la boucle, Sven Nys procède à une attaque alors que Vantornout peine à réagir dans un premier temps, un petit écart étant créé. A deux tours de l’arrivée, Nys possède deux secondes d’avance sur le nouveau champion de Belgique. Niels Albert, rattrapé par van der Haar, passe avec vingt-deux secondes de retard. Julien Taramarcaz, Philipp Walsleben, Bart Wellens et Simunek sont relégués à environ quarante secondes du duo de tête. Francis Mourey pointe à la neuvième place et est désormais sous la menace de van Amerongen et Bina.

     Si les deux premiers semblent intouchables en cette fin de course, la troisième place n’est pas jouée pour autant et le Néerlandais van der Haar mène la vie dure à Albert. D’ailleurs il le lâche arrivé au dernier escalier. Le champion du monde sortant coince et paye les efforts fournis plus tôt dans la course lors de sa remontée. Niels Albert apparaît même être sous la menace de Simunek, Wellens, Walsleben ou encore Taramarcaz. Sven Nys passant une nouvelle fois les planches à vélo au contraire de Vantornout tente une nouvelle accélération, en vain, les deux hommes passent effectivement, ensemble, sur la ligne quand la cloche retentit. Lars van der Haar est revenu à quinze secondes du duo. Albert rattrapé par Wellens, Walsleben et Taramarcaz est relégué à un tour du but à trente-deux secondes. A noter que Radomir Simunek n’a pu suivre ce groupe.

     Vantornout emmène Sven Nys au début de cette dernière boucle tandis que la neige redouble. Les deux hommes étaient arrivés ensemble au sprint lors de la cinquième manche du Superprestige à Gieten aux Pays-Bas et c’est Vantornout qui s’était imposé d’un boyau devant un Sven Nys malchanceux qui avait déchaussé dans le final. Ce dernier passe en tête avant un virage où Vantornout produit une faute accrochant alors son vélo, provocant une petite cassure entre les deux hommes. Nys accélère et accroit son avance en passant une dernière fois les planches à vélo, Klaas Vantornout descendant de sa machine. A l’approche de l’arrivée, l’écart n’est que de quatre secondes et Vantornout apparaît être en mesure de revenir mais Nys résiste. Il redevient alors champion du monde, huit années après son premier titre. Klaas Vantornout termine deuxième. Lars van der Haar complète le podium pour sa première année chez les professionnels. Bart Wellens, double champion du monde en 2003 et 2004, créé l’exploit en prenant la quatrième place devant Philipp Walsleben auteur également d’une excellente performance. Julien Taramarcaz termine sixième. Niels Albert, le champion du monde sortant ne prend que la huitième place. Les malchanceux Francis Mourey et Kevin Pauwels s’emparent respectivement les onzième et douzième places.

Classement des championnats du monde Elite Hommes

1. NYS Sven (BEL)

2. VANTORNOUT Klaas (BEL)

3. VAN DER HAAR Lars (NED)

4. WELLENS Bart (BEL)

5. WALSLEBEN Philipp (GER)

6. TARAMARCAZ Julien (SWI)

7. SIMUNEK Radomir (CZE)

8. ALBERT Niels (BEL)

9. VAN AMERONGEN Thijs (NED)

10. BINA Martin (CZE)

11. MOUREY Francis (FRA)

12. PAUWELS Kevin (BEL)

13. ZAHNER Simon (SWI)

14. FRANZOI Enrico (ITA)

15. AERNOUTS Bart (BEL)

16. MEISEN Marcel (GER)

17. FLÜCKIGER Lukas (SWI)

18. PEETERS Rob (BEL)

19. JOHNSON Timothy (USA)

20. GRAND Arnaud (SWI)

30. PERROT Guillaume (FRA)

32. LEJEUNE Romain (FRA)

Sébastien De Cock.

Comments are closed.