Le profil de l’étape Embrun – Alpe d’Huez du mercredi 23 juillet 2008

Le jeudi 18 juillet prochain aura lieu la 18e étape du Tour de France. Cette journée, beaucoup de spectateurs l’attendent, et les coureurs la redoutent. En effet, après être parti de Gap, le peloton devra parcourir 168,5 kilomètres pour arriver au sommet de l’Alpe d’Huez. Au programme : la double ascension de l’Alpe, mais aussi le Col de Mense, la Rampe du Motty, le Col d’Ormon et le Col de Sarenne.
L’Alpe d’Huez est une montée légendaire dans la Grande Boucle. Ses 21 virages sont célèbres, redoutés, et ne laissent pas que de bons souvenirs. Mais pour certains, cette montée a été synonyme de bonheur. L’image de la belle victoire de Pierre Rolland en 2011 est restée dans les mémoires. Et concernant la victoire finale, il faut remonter à 2008. Retour sur l’étape Embrun – Alpe d’Huez du mercredi 23 juillet 2008.

Cette étape, c’est là que devrait se jouer la victoire finale. Le vainqueur sortant, Alberto Contador n’est pas présent sur cette édition, ce qui offre à l’équipe CSC Saxo Bank de Bjarne Riis la possibilité de remporter le maillot jaune. Jusque là tout se passe bien, puisque Frank Schleck est en tête du classement général, avec une très faible avance : 7 secondes sur Bernhard Kohl (qui sera déclassé par la suite), 8 sur Cadel Evans, et 49 sur Carlos Sastre.
Au programme de cette étape, la côte de Sainte-Margueritte, le Col du Galibier, le Col de la Croix de Fer et la montée finale de l’Alpe d’Huez. 210,5 kilomètres de souffrance pour ce qui est la dernière étape alpestre, à quatre jours de l’arrivée sur les Champs-Élysées.
Depuis le début de la course, la CSC contrôle. Le maillot jaune, Schleck l’a pris à Cadel Evans lors de la 15e étape qui arrivait à Prato Nevoso (Italie). La bataille est attendue pour la montée finale, car Schleck ne peut pas partir avec une si faible avance lors du contre-la-montre qui aura lieu trois jours après cette étape.
Au pied de l’Alpe, ils sont deux en tête : Jérôme Pineau a rejoint Peter Velits, parti dès le troisième kilomètre. Le duo compte 1’10″ d’avance avant de s’attaquer aux premières pentes de l’ascension mythique. La CSC mène le rythme, ce qui condamne les échappés. Dès le premier kilomètre, c’est Carlos Sastre qui attaque. Avec Andy et Frank Schleck dans le groupe de tête, l’Espagnol peut partir, les frères luxembourgeois contrôlent les assauts de leurs adversaires. C’est un véritable écrémage auquel on assiste, puisqu’ils ne sont plus que dix dans le groupe maillot jaune.
Sastre accroît alors son avance, ce qui lui permet d’être maillot jaune virtuel lorsque son avance dépasse la minute. Derrière, les offensives se multiplient, mais les frères Schleck contrôlent, et Sastre peut voir venir. L’Espagnol, déjà vainqueur d’étape sur le Tour en 2003 à Ax-3 domaines, possède 2’20″ d’avance à 3 kilomètres de l’arrivée.
Inquiet par l’avance que Sastre prend, Evans décide de mener la chasse afin de limiter la progression de l’Espagnol. Cela n’aura pas beaucoup d’effet. Samuel Sanchez et Andy Schleck faussent compagnie à leurs partenaires dans le dernier kilomètre pour grappiller quelques secondes. Pour Sastre, l’étape est acquise, le maillot jaune aussi.

Carlos Sastre qui fait coup double : étape et maillot jaune

Sanchez règle Andy Schleck. Ils ont 2’03″ de retard sur le nouveau leader. Frank Schleck arrive avec 2’13″ de retard, en compagnie de Cadel Evans, Alejandro Valverde, ou encore Denis Menchov. Au classement général, Sastre compte 1’24″ d’avance sur Frank Schleck, 1’33″ sur Bernhard Kohl, et 1’34″ sur Cadel Evans. Cette avance suffira à l’Espagnol lors de l’ultime chrono, puisqu’il ne perdra que 29 secondes sur Evans. Pour lui, l’Alpe d’Huez a été le fondement de sa victoire finale.

Depuis 2008, l’Alpe d’Huez a été programmée une seule fois, c’était en 2011. Ce jour-là, Rolland s’était imposé, et Andy Schleck avait pris le maillot jaune à Thomas Voeckler. En cette année de 100e Tour, les organisateurs ont tenu à marquer le coup en programmant deux fois l’ascension de l’Alpe d’Huez. Cette étape devrait être spectaculaire, mais peut-être pas décisive, car d’autres difficultés seront à venir, et ce, à trois jours de l’arrivée sur les Champs-Élysées.

Carlos Sastre, vainqueur final de ce Tour 2008

Categories: Accueil, Rétrospectives

Comments are closed.